Choix du département

Retour à Bourgogne - Franche-Comté

GDS de Côte-d'Or

1 rue des Coulots

21110 Bretenière

03 80 68 67 30

Fax: 03 80 68 67 44

gds21@reseaugds.com

GDS du Doubs

130 bis rue de Belfort
BP 939
25021 BESANCON Cedex
03 81 65 52 07
gds25@gdsfc.org

GDS du Jura

Route de Lons
Crançot
39570 HAUTEROCHE
03 84 43 01 71
gds39@gdsfc.org

GDS de Nièvre

ZA Le Clos Ry

58000 Sermoise sur Loire

03 86 90 18 90

Fax : 03 86 90 18 91

gds58@reseaugds.com

GDS de Haute-Saône / Territoire de Belfort

17 quai Yves Barbier
BP 40297
70006 VESOUL Cedex
03 84 77 14 17
gds70@gdsfc.org

GDS de l'Yonne

10, Avenue du 4ème RI

BP 46

89011 Auxerre Cedex

03 86 94 81 87

Fax : 03 86 94 81 88

gds89@reseaugds.com

GDS de Saône et Loire

99, route des Grands Crus

71000 Loché

03 85 27 07 70

Fax : 03 85 27 07 77

gds71@reseaugds.com

GDS de Bourgogne - Franche-Comté

1 rue des Coulots
21110 BRETENIERE
gdsbfc@reseaugds.com

Actualité

Prophylaxie BVD 2020-21 : une situation très favorable !

mis en ligne le 02 août 2021

Plus de 220 000 bovins avec un statut non-IPI dans la Nièvre

Dans notre département, la première année de surveillance et de lutte contre le virus de la BVD se termine. Après une phase de test sur 12 000 naissances en 2019-20, les résultats exhaustifs de la campagne 2020-21 sur plus de 130 000 naissances sont aujourd’hui connus.

Pour mémoire, les mesures introduites par l’arrêté modifié du 31 juillet 2019 sont : le déploiement d’un dispositif de surveillance dans tous les troupeaux (dépistage du virus de la BVD par les prélèvements de cartilage auriculaires) ; la généralisation des mesures d’assainissement des troupeaux de bovins infectés par l’élimination des animaux infectés permanents (IPI) et dépistage complémentaire des bovins sans statut BVD connu. Aujourd’hui, les résultats de la campagne 2020-21 sont connus. Ce premier état des lieux de la situation épidémiologique de la BVD est nécessaire pour connaître la situation initiale de la Nièvre, pour évaluer l’impact des mesures mises en place et pour adapter l’accompagnement des éleveurs.

96% de taux de dépistage

Sur les 126 755 veaux nés entre le 1er juillet 2020 et le 30 juin 2021, 96% ont été dépistés. Suite à un résultat d’analyse favorable, 98,6 % des veaux bénéficient aujourd’hui du statut bovin non-IPI. Leurs mères ont pu être marquées également bovin non- IPI.

Vous pouvez vous féliciter collectivement pour le haut taux de dépistage des veaux à la naissance, c’est une marque d’un engagement fort de tous les éleveurs dans la mise en place de cette prophylaxie. Le GDS58 a réalisé une analyse de cohérence hebdomadaire entre les naissances déclarées à l’EDE et les résultats d’analyses : des courriers d’information et de relances ont pu être envoyés aux éleveurs concernés.

0,13% de veaux porteurs du virus de la BVD à la naissance

160 veaux sont ressortis porteurs du virus de la BVD suite à l’ana- lyse sur leur cartilage dans 62 cheptels. Cela représente 0,13% de veaux IPI dans 3,44% des cheptels.

En moyenne, les cheptels infectés comptent 2,5 veaux IPI : 88 veaux positifs dans 53 cheptels et 72 veaux positifs dans 9 cheptels très fortement touchés (plus de 5 veaux IPI). Ces indicateurs sont très inférieurs aux résultats attendus : la situation épidémiologique de notre département est très favorable à un assainissement rapide du cheptel Nièvre.

Les cheptels infectés sont répartis sur tout le département en respectant la répartition des zones d’élevage. Le GDS a pu identifier des liens entre certains cheptels infectés par l’utilisation d’un outil de cartographie.

 

L’envoi et la pose de boutons de rattrapage

Concernant les 0,78% de tubes arrivés vides au laboratoire ou cassés lors de la pose, 987 boutons de rattrapage ont été envoyés directement aux éleveurs. Allflex avait évoqué le chiffre de 1% de vides. Les éleveurs du département ont su s’approprier la technique de prélèvement de cartilage auriculaire rapidement. Cet indicateur pourra certainement être amélioré l’année prochaine !

Les actions mises en place par les éleveurs et le GDS58

La grande majorité des éleveurs touchés par la BVD ne vaccinaient pas avec un vaccin à protection fœtal (Bovela ou Mucossifa).

La quasi-totalité des cheptels infectés ont mis en place les actions d’assainissements : élimination des IPI, dépistages complémentaires des jeunes bovins sans statut BVD connus et mise en place de la vaccination. Seule une douzaine de cheptel infectés n’ont pas mis en place la vaccination.

 

Le GSD58 a proposé un accompagnement financier plus important pour les cheptels infectés engagés dans les mesures d’assainissement ayant plus de 8% de leurs veaux IPI : doublement de l’indemnisation par bovin IPI éliminé notamment.

Aujourd’hui, 7 élevages ne respectent pas l’arrêté ministériel en ce qui concerne soit l’élimination des IPI, soit le dépistage complémentaire des bovins sans statut et 4 élevages ne respectent pas la réglementation en ce qui concerne le dépistage des veaux.

Les élevages dans cette situation reçoivent, en plus des appels téléphoniques du GDS58, des courriers de relance puis un der- nier courrier recommandé AR avec copie vétérinaire sanitaire et DDETSPP. Les services vétérinaires vont se saisir du dossier de ces éleveurs cet été.

 

Des actions mutualisées pour limiter le coût global

Le GDS58 a mis en place un contrat post-réponse pour les envois de cartilage. Au 30 avril 2021, 47 889 enveloppes contenant 118 093 cartilages avaient été adressées au laboratoire, soit 2,46 cartilages par enveloppe, pour un montant de 33 986 €.

La facture globale 2020-21 mutualisée représentera 40% de la facture initiale sans mutualisation. Le GDS va reconduire le contrat post-réponse pour l’expédition des prélèvements au laboratoire d’analyses.

 

Les enveloppes qui vous ont été fournies seront utilisables pour plusieurs années. Conservez les ! Pour la campagne 2021- 22 il a été choisi avec l’EDE de fournir autant d’enveloppes que de boucles, mais ce ne sera plus le cas les campagnes suivantes.

Lors des échecs de prélèvements, de casse de la boucle au moment de la pose, ou de rattrapage de veaux non dépistés, le GDS envoie des boutons de rattrapage directement aux éleveurs. Le cout de ces boutons est et sera également mutualisé.

 

Prévoir la campagne à venir

La rigueur dans les dépistages et l’élimination des IPI a pu être validée cette année, maintenant il faut mettre en place les conditions pour éviter de réintroduire le virus en contrôlant les introductions. En effet plus de 20 000 introductions sont recensées dans la Nièvre et en Bourgogne Franche Comté. 60% des élevages font plus d’une introduction annuelle.

Le KIT intro/vente mis en place en 2020-21 sera reconduit avec des tarifs actualisés. N’hésitez pas à en parler à votre vétérinaire. La vaccination raisonnée du cheptel mis à la reproduction est un outil à envisager si le contexte environnemental ou technique de l’exploitation rend l’assainisse- ment difficile.

 

Aujourd’hui, il serait prématuré d’arrêter la vaccination BVD dans les cheptels qui la pratiquent. Nous attendons le retour d’expérience des départements engagés dans le dépistage et l’assainissement BVD depuis plusieurs années pour alléger les moyens de surveillance et de lutte.

Concernant les analyses, le laboratoire départemental d’analyses a intégré un GIP «Terana», réseau de 6 laboratoires. Dans ce cadre-là, le tarif des analyses par antigénémie sur les cartilages naissances a été négociés à un tarif de 3,20€ à partir du 1er août 2021 (contre 3,95€ actuellement).

 

Une mobilisation de chacun nécessaire pour une réussite collective

Le dépistage et l’assainissement BVD sont au cœur de notre action depuis maintenant 1 an. Les tendances sont similaires dans les 4 départements bourguignons et le faible taux d’IPI peut être expliqué par la mise en place de la vaccination préventive dans nos départements depuis déjà plusieurs années.

 

L’évolution de ces indicateurs peut être consultée trimestriellement sur le site contrelabvd.com.

Face à ce plan d’envergure, le GDS va continuer à vous accompagner et vous informer.

 

La réussite à l’échelle départementale repose sur une adhésion collective et le respect des mesures sanitaires de base. Les points mis en avant en septembre 2020 restent d’actualité pour préparer la campagne 2021-22 : dépister, assainir et être vigilant lors des introductions !