Choix du département

Retour à Bourgogne - Franche-Comté

GDS de Côte-d'Or

1 rue des Coulots

21110 Bretenière

03 80 68 67 30

Fax: 03 80 68 67 44

gds21@reseaugds.com

GDS du Doubs

130 bis rue de Belfort
BP 939
25021 BESANCON Cedex
03 81 65 52 07
gds25@gdsfc.org

GDS du Jura

455 rue du colonel de Casteljau
BP 20517
39004 LONS LE SAUNIER Cedex
03 84 43 01 71
gds39@gdsfc.org

GDS de Nièvre

ZA Le Clos Ry

58000 Sermoise sur Loire

03 86 90 18 90

Fax : 03 86 90 18 91

gds58@reseaugds.com

GDS de Haute-Saône / Territoire de Belfort

17 quai Yves Barbier
BP 40297
70006 VESOUL Cedex
03 84 77 14 17
gds70@gdsfc.org

GDS de l'Yonne

10, Avenue du 4ème RI

BP 46

89011 Auxerre Cedex

03 86 94 81 87

Fax : 03 86 94 81 88

gds89@reseaugds.com

GDS de Saône et Loire

99, route des Grands Crus

71000 Loché

03 85 27 07 70

Fax : 03 85 27 07 77

gds71@reseaugds.com

GDS de Bourgogne - Franche-Comté

1 rue des Coulots
21110 BRETENIERE
gdsbfc@reseaugds.com

Actualité

  • »
  • »
  • Le réflexe « sanitaire » pour une action préventive efficace

Le réflexe « sanitaire » pour une action préventive efficace

mis en ligne le 20 septembre 2019

Vous êtes chaleureusement conviés à venir retrouver vos correspondants GDS et filiales de services sur notre stand GDS-Farago. Il se veut lieu d’écoute, d’échanges, d’apport d’informations, de recueil des attentes, de convivialité. Un jeu-concours vous sera proposé pendant ce Sommet de l’Elevage.

Le Sommet de l’Elevage représente un rendez-vous professionnel pour tous les acteurs de l’élevage. En tant qu’experts sanitaires et professionnels de l’hygiène au service de tous les élevages, les GDS et leurs filiales de services vous attendaient sur leur stand.

Une gestion sanitaire n’est efficace que si elle est collective

Dans une zone ou un élevage, la gestion sanitaire du cheptel n’est efficace que si elle est collective. Ceci guide les GDS depuis les années 50 avec une adaptation aux évolutions des élevages et aux nouveaux besoins des éleveurs. Le monde de l’élevage a connu et connaît de profonds changements, tant en matière d’évolution des effectifs que d’environnement sociétal, réglementaire et technico-économique. Les crises sanitaires, les attentes des consommateurs vis à vis de la sécurité alimentaire et du respect de l’environnement, les mises en cause du médicament vétérinaire, notamment vis à vis de l’antibiorésistance, les aléas météorologiques… nous imposent d’adapter nos pratiques pour associer impératifs techniques, rentabilité économique et attentes sociétales.

Le réflexe « sanitaire » pour une action préventive efficace

Les taux de maladies sont variables dans les cheptels. Ainsi, 80 % des veaux atteints de diarrhées néonatales se trouvent dans 20 % des élevages. Une zone et un troupeau sains, ce sont donc des résultats économiques augmentés, des allègements de prophylaxies, un bien-être de l’éleveur amélioré, des pathologies diminuées et, ainsi, des utilisations de médicaments diminuées, un bien-être animal sauvegardé et des aliments de qualité.

Avoir le réflexe « sanitaire », c’est ainsi répondre de manière synergique aux besoins internes (techniques et économiques) et externes (besoins commerciaux, attentes sociétales), c’est promouvoir l’excellence sanitaire pour le bénéfice des éleveurs et en répondant aux besoins du citoyen-consommateur avec une implication de chacun en rappelant que pour tout agriculteur, performances économiques et performances écologiques sont liées.

Le réflexe « sanitaire », une méthodologie en 4 étapes

Le réflexe « sanitaire » associe bilan, analyse, apport de garanties, protection avec les outils disponibles, notamment les actions développées et mise à disposition par les GDS en relation avec les vétérinaires et les autres partenaires et les apports de leurs filiales de services. Il s’articule autour de 4 étapes :

  • Faire le bilan reproduction et sanitaire afin de connaître le niveau d’équilibre ou de déséquilibre du cheptel.
  • Identifier les facteurs déterminants (bactéries, virus et/ou parasites) et favorisants du cheptel (5 domaines de risques : alimentation, bâtiments, relation mère-produit, statut immunitaire et gestion du troupeau).
  • Apporter des garanties dans un cadre collectif : qualifications (brucellose, tuberculose, leucose, IBR…), information sur la chaine alimentaire (ICA), demandes commerciales (FCO, BVD, paratuberculose, SDRP…). Le stand GDS présentera l’arrêté ministériel BVD du 31/07/2019 « fixant des mesures de surveillance et de lutte ».
  • Eviter l’introduction de maladies : contrôle et isolement des animaux introduits, mesures de biosécurité.

Nos prestations : pour une meilleure réalisation des missions sanitaires des GDS

Les GDS ont développé des prestations pour faciliter la réalisation de leurs missions sanitaires. Ces services, renforcés et élargis au cours des années, regroupés au sein de filiales Farago dans certains départements, présentent pour objectifs d’améliorer la prévention sanitaire en élevage et le bien-être des animaux et faciliter les interventions.

Ces professionnels de l’hygiène interviennent dans la lutte contre les nuisibles (dératisation, désinsectisation, désinfection, détaupisation), les soins aux animaux (parage, taille d’onglons, écornage, rainurage, marquage), les fournitures aux élevages (produits d’hygiène, petit matériel d’élevage, contention, tubulaire, clôture électrique…)…

Une coopération renforcée pour « un troupeau sain, sûr et rentable » 

Les GDS continuent à s’investir pour être toujours reconnus, par tous les partenaires et dans l’intérêt des éleveurs, comme le référent sanitaire collectif en santé animale. Les GDS régionaux sont reconnus comme organisme à vocation sanitaire (OVS) pour le domaine animal et accrédités depuis 2016.

L’approche collective se développe en relation avec les vétérinaires. Appuyée sur les valeurs historiques des GDS que sont la solidarité, le mutualisme, l’impartialité et l’indépendance, cette coopération historique s’amplifie et se renforce avec comme orientation principale : « un troupeau sain, sûr et rentable » !