Choix du département

Retour à Bourgogne - Franche-Comté

GDS de Côte-d'Or

1 rue des Coulots

21110 Bretenière

03 80 68 67 30

Fax: 03 80 68 67 44

gds21@reseaugds.com

GDS du Doubs

130 bis rue de Belfort
BP 939
25021 BESANCON Cedex
03 81 65 52 07
gds25@gdsfc.org

GDS du Jura

Route de Lons
Crançot
39570 HAUTEROCHE
03 84 43 01 71
gds39@gdsfc.org

GDS de Nièvre

ZA Le Clos Ry

58000 Sermoise sur Loire

03 86 90 18 90

Fax : 03 86 90 18 91

gds58@reseaugds.com

GDS de Haute-Saône / Territoire de Belfort

17 quai Yves Barbier
BP 40297
70006 VESOUL Cedex
03 84 77 14 17
gds70@gdsfc.org

GDS de l'Yonne

10, Avenue du 4ème RI

BP 46

89011 Auxerre Cedex

03 86 94 81 87

Fax : 03 86 94 81 88

gds89@reseaugds.com

GDS de Saône et Loire

99, route des Grands Crus

71000 Loché

03 85 27 07 70

Fax : 03 85 27 07 77

gds71@reseaugds.com

GDS de Bourgogne - Franche-Comté

1 rue des Coulots
21110 BRETENIERE
gdsbfc@reseaugds.com

Actualité

Brucellose : foyer confirmé en Haute-Savoie

mis en ligne le 12 novembre 2021

L’élevage concerné est un élevage laitier livrant à une coopérative locale fabriquant exclusivement du reblochon au lait cru. Des mesures de précaution ont donc été prises immédiatement, dès les premières analyses suspectes, avec notamment la thermisation du lait livré. Le lien avec la fauve sauvage est en cours d’investigation.

Cette maladie, dont la France est officiellement indemne depuis 2005, avait déjà fait l’objet d’une résurgence en 2012 à partir d’un foyer d’infection persistant dans les populations de bouquetins du massif du Bargy. La surveillance de la brucellose est depuis cette époque fortement renforcée sur la zone.

La suspicion d’infection à la brucellose a été portée le 12 octobre suite à un résultat d’analyse mensuel de lait positif, qui a confirmé l’identification de Brucella melitensis.

Des enquêtes épidémiologiques sont en cours pour comprendre l’origine de la contamination de ce cheptel. Les travaux sur la contamination par la faune sauvage sont en cours. Ce résultat permettra de confirmer ou infirmer le lien avec la faune sauvage.

D’un point de vue épidémiologique et clinique, il semble que l’animal dépisté positif est une vache en première lactation qui était montée en alpage en 2020 mais pas en 2021, sans aucun signe clinique détecté (vêlage et délivrance normaux).