Choix du département

Retour à Bourgogne - Franche-Comté

GDS de Côte-d'Or

1 rue des Coulots

21110 Bretenière

03 80 68 67 30

Fax: 03 80 68 67 44

gds21@reseaugds.com

GDS du Doubs

130 bis rue de Belfort
BP 939
25021 BESANCON Cedex
03 81 65 52 07
gds25@gdsfc.org

GDS du Jura

Route de Lons
Crançot
39570 HAUTEROCHE
03 84 43 01 71
gds39@gdsfc.org

GDS de Nièvre

ZA Le Clos Ry

58000 Sermoise sur Loire

03 86 90 18 90

Fax : 03 86 90 18 91

gds58@reseaugds.com

GDS de Haute-Saône / Territoire de Belfort

17 quai Yves Barbier
BP 40297
70006 VESOUL Cedex
03 84 77 14 17
gds70@gdsfc.org

GDS de l'Yonne

10, Avenue du 4ème RI

BP 46

89011 Auxerre Cedex

03 86 94 81 87

Fax : 03 86 94 81 88

gds89@reseaugds.com

GDS de Saône et Loire

99, route des Grands Crus

71000 Loché

03 85 27 07 70

Fax : 03 85 27 07 77

gds71@reseaugds.com

GDS de Bourgogne - Franche-Comté

1 rue des Coulots
21110 BRETENIERE
gdsbfc@reseaugds.com

Actualité

Risque grippe aviaire : basses-cours

mis en ligne le 16 novembre 2020

La claustration des volailles est obligatoire dans les départements traversés par des couloirs de migration (21, 39, 70 et 71), ainsi que dans les zones à risque particulier. La claustration consiste à éviter tout contact entre la faune sauvage et les volailles. Quelques précisions pour les éleveurs amateurs.

Un foyer d’Influenza aviaire hautement pathogène du type H5 en Russie s’est propagé par les couloirs migratoires aux Pays-Bas, à l’Allemagne et au Royaume-Uni. Pour protéger les élevages de volailles d’une potentielle contamination par le virus influenza aviaire par les oiseaux sauvages la claustration des volailles est obligatoire dans les départements traversés par des couloirs de migration (21, 39, 70 et 71), ainsi que dans les zones à risque particulier (abords de lacs par exemples). 



La claustration consiste à éviter tout contact entre la faune sauvage et les volailles.

La mise en place d’un filet sur un parcours extérieur est valable. L’alimentation et la boisson seront donnés à l’intérieur d’un bâtiment et le stock d’aliment sera protégé des oiseaux sauvages. Enfin il est indispensable d’utiliser une paire de chaussure différente pour les balades et pour visiter sa basse-cour (ou tout autre élevage de volailles).

Aucune dérogation à la claustration ne peut être accordée aux élevages non professionnels.

  

Mesures de biosécurité à appliquer par les détenteurs de volailles ou autres oiseaux captifs destinés uniquement à une utilisation personnelle, non commerciale :

  • Exercer une surveillance quotidienne de vos oiseaux.
  • Aucune volaille (palmipèdes et gallinacés) de la basse cour ne doit entrer en contact direct ou avoir accès à des volailles d'un élevage professionnel.
  • Limiter l’accès de la basse cour (l’endroit où vous détenez vos oiseaux) aux personnes indispensables à son entretien.
  • Protéger votre stock d'aliments des oiseaux sauvages ainsi que l'accès à l'approvisionnement en aliments et en eau de boisson de vos volailles.
  • Protéger et entreposer la litière neuve à l’abri de l’humidité et de toute contamination, sans contact possible avec des cadavres.
  • Ne jamais utiliser d’eaux de surface : eaux de mare, de ruisseau, de pluie collectée… pour le nettoyage de votre élevage.
  • Si les fientes et fumiers sont compostés à proximité de la basse cour, ils ne doivent pas être transportés en dehors de votre site avant une période de stockage de 2 mois. Au-delà de cette période, l’épandage est possible.
  • Réaliser un nettoyage régulier des bâtiments et du matériel utilisé pour la basse cour.

 

Pour plus d'informations, cliquer : ICI  

L’Influenza aviaire se transmet par les fientes ou les excrétions respiratoires. Le principal risque est l’apport de fientes contaminées dans un élevage par exemple par des chaussures souillées lors d’une balade prés d’un étang ou d’une rivière où se trouvent des migrateurs mais aussi par des aliments ou une litière contaminée par des fientes. Les symptômes sont à la fois respiratoires, digestifs et nerveux. Les lésions nécrologiques sont essentiellement des laryngotracheïtes, des pétéchies de l’épicarde, du duodénum et du proventricule (lésion la plus caractéristique).


La surveillance de la Faune sauvage est assurée le réseau SAGIR (agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage et la Fédération départementale des chasseurs.