Choix du département

Retour à Bourgogne - Franche-Comté

GDS de Côte-d'Or

1 rue des Coulots

21110 Bretenière

03 80 68 67 30

Fax: 03 80 68 67 44

gds21@reseaugds.com

GDS du Doubs

130 bis rue de Belfort
BP 939
25021 BESANCON Cedex
03 81 65 52 07
gds25@gdsfc.org

GDS du Jura

Route de Lons
Crançot
39570 HAUTEROCHE
03 84 43 01 71
gds39@gdsfc.org

GDS de Nièvre

ZA Le Clos Ry

58000 Sermoise sur Loire

03 86 90 18 90

Fax : 03 86 90 18 91

gds58@reseaugds.com

GDS de Haute-Saône / Territoire de Belfort

17 quai Yves Barbier
BP 40297
70006 VESOUL Cedex
03 84 77 14 17
gds70@gdsfc.org

GDS de l'Yonne

10, Avenue du 4ème RI

BP 46

89011 Auxerre Cedex

03 86 94 81 87

Fax : 03 86 94 81 88

gds89@reseaugds.com

GDS de Saône et Loire

99, route des Grands Crus

71000 Loché

03 85 27 07 70

Fax : 03 85 27 07 77

gds71@reseaugds.com

GDS de Bourgogne - Franche-Comté

1 rue des Coulots
21110 BRETENIERE
gdsbfc@reseaugds.com

Actualité

Journées éleveurs MO3Santé : 2ème épisode

mis en ligne le 15 mars 2021

Pour les éleveurs du réseau, l’alimentation et l’hygiène de traite sont importantes pour limiter le risque de mammites,

Une nouvelle session d’échanges avec les éleveurs du réseau MO3Santé sur les données sanitaires collectées en ferme et leur valorisation s’est déroulée début mars dans le cadre du projet Mo3Santé. En plus des présentations de nouveaux résultats, les éleveurs sont sollicités pour partager leur expérience personnelle sur la santé de la Montbéliarde et leurs pratiques d’enregistrement des évènements sanitaires.

Ces journées de travail ont eu lieu le 3 mars pour le groupe d’éleveurs de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort et le 11 mars pour le groupe du Doubs, dans le respect des mesures de prévention sanitaire Covid.

Trois pathologies décortiquées

Depuis la première journée (organisée dans l’été 2020), le travail d’analyse s’est focalisé sur 3 pathologies majeures : les fièvres de lait, les mammites et les troubles locomoteurs non accidentels. Eva DICK, apprentie ingénieure sur le sujet, a présenté ses analyses statistiques : sans grande surprise, les animaux des troupeaux à haut niveau de production ont plus de mammites ; ce qui ne semble pas le cas pour les boiteries. « On sait nos grandes productrices plus fragiles, on les surveille mieux. La santé du pied ça joue sur l’équilibre de l’animal, donc sa productivité » témoigne un des éleveurs AOP du Doubs. Pour chacune de ces 3 pathologies, chaque participant liste les principaux facteurs de risques. En compilant les mots clefs, on voit bien (voir nuage de mots) que pour les éleveurs, l’alimentation et l’hygiène de traite sont importantes pour limiter le risque de mammites, mais que la problématique est plus globale.

Guillaume FAYOLLE présente l’exercice de pondération des facteurs génétiques aux éleveurs de Haute-Saône et Territoire de Belfort.

 

L’une des finalités du projet Mo3Santé est la création d’un index santé Mo3. Chaque éleveur a pu jouer à imaginer son propre objectif de sélection Santé en donnant une part économique relative à ces 3 pathologies.

Rendre exhaustive la saisie des évènements sanitaires …

Tout au long de la journée, chaque éleveur a pu partager son expérience, notamment sur la saisie des évènements sanitaires dans SYNEL : « Avant la première journée d’échange, j’écrivais tout dans un cahier, et puis chaque semaine, je prenais le temps de retranscrire les traitements sur SYNEL. Les autres utilisaient l’application sur leur smartphone. Je m’y suis mis. Et franchement, c’est très pratique. Je vois, je fais, je saisis ! Je n’oublie plus de le faire puisque je le fais sur le moment » raconte un participant. « Et puis, au milieu de ton troupeau, tu sors ton téléphone de ta poche et depuis la fiche de l’animal, tu retrouves tout son historique. Avant d’appeler le vétérinaire, c’est quand même bien utile » rebondit un collègue.

Justement, complète une éleveuse : « Avant, on n’enregistrait pas informatiquement le sanitaire pour l’atelier des veaux. On ne commençait qu’à la mise à la reproduction. Maintenant, je saisis dans SYNEL tout ce qui se passe dès la naissance. J’aurai donc un historique complet pour chacune des vaches de mon troupeau ».

Et s’il fallait encore convaincre le groupe, il est précisé par un éleveur passionné «On oublie vite qu’une génisse a mal démarré. Et quand tu fais le bilan annuel, tu peux parfois avoir des surprises ».

 

Le groupe d’éleveurs du Doubs partage ses habitudes et ses besoins en termes de bilans sanitaires avec Elise LONGET.

Des astuces pour gagner du temps

Mais tout ne se fait pas d’un coup de stylet magique. Une partie de la matinée a permis de fournir quelques astuces pour faciliter la saisie. Ce à quoi se sont attelés Sladana BOJIC (chargée de clientèle SYNEL) et les équipes du GDS. Depuis la version web de SYNEL, il est possible de paramétrer des « favoris », à savoir épingler les évènements sanitaires les plus fréquents pour éviter d’aller les chercher dans la liste déroulante. Et puis, on peut paramétrer l’association d’un médicament à un motif, ou associer des médicaments ... Quelques réglages personnalisés pour gagner du temps dans la saisie du quotidien.

 

Le partage des informations sanitaires pour la traite reste un frein que l’informatique a du mal à palier. Mais les éleveurs du réseau Mo3Santé ne manquent pas d’imagination pour des améliorations de l’outil : tableau connecté, commande vocale … et plus largement sur la valorisation des données du carnet sanitaire informatique : alertes sanitaires, comparaison entre les années, positionnement par rapport à un groupe …

 … Et intégrer l’économique

L’après-midi a porté sur la notion de longévité. Et finalement, la définition collective peut se résumer par cette phrase : « la vache qui définit le mieux la longévité c’est celle qui passe inaperçue dans le troupeau ; elle a un bon niveau de production mais jamais de problème de santé ou de reproduction ».

Et pour objectiver - à l’échelle de l’animal, du troupeau ou d’une étude collective – et statuer sur le niveau de rentabilité d’une vache laitière il faut pouvoir mettre en face de la productivité, les charges relatives à sa croissance, à son alimentation mais aussi  à sa santé ! L’outil Efficow, porté par les Conseil Elevage et présenté lors de ces journées permet d’appuyer la démonstration.

L’importance de saisir tous les évènements sanitaires dès le premier jour de vie d’une vache et jusqu’à sa réforme n’est plus à prouver pour ce groupe d’éleveurs.

Les partenaires impliqués dans l’animation du réseau d’éleveurs Mo3Santé : GDS25, GDS70-90, Gén’iatest, Conseil élevage 25-90, Umotest

 

 

Mo3Santé, qu’est-ce que c’est ?

Le projet Mo3Santé porte sur l’étude des prévalences des maladies en élevage laitier Montbéliard et des leviers de maîtrise de celles-ci par la voie du conseil en élevage et l’évaluation génétique des animaux. Un groupe d’éleveurs référents a été constitué pour confronter les résultats du projet. En tout, ce sont 40 éleveurs (répartis sur les départements 25/70/90 et en région Auvergne - Rhône-Alpes) qui participent à ce réseau. Le projet Mo3Santé soutenu par la région Bourgogne-Franche-Comté (fond innovation FRI2), est porté par la plateforme d’innovation MO3 (composée des entreprises de Conseil élevage 25-90,  GENIA’test et FIDOCL, les GDS 25, GDS 70, GDS 90 et l’entreprise et organisme de sélection Umotest) et l’Institut de l’Élevage. L’INRAE et ALLICE sont également partenaires.

 

Le projet Mo3Santé se poursuit avec l’étude de l’impact économique des 3 pathologies dans les différents types d’élevage de la zone. Il sera complété par l’évaluation génétique de ces principales pathologies. Les résultats et pistes de travail seront présentés et débattus par le réseau d’éleveurs à la troisième journée, avant l’hiver 2021.