Choix du département

Retour à Bourgogne - Franche-Comté

GDS de Côte-d'Or

1 rue des Coulots

21110 Bretenière

03 80 68 67 30

Fax: 03 80 68 67 44

 

gds21@gdsbfc.org

GDS du Doubs

130 bis rue de Belfort
CS 40939
25021 BESANCON Cedex
03 81 65 52 07
gds25@gdsfc.org

GDS du Jura

Route de Lons
Crançot
39570 HAUTEROCHE
03 84 43 01 71
gds39@gdsfc.org

GDS de Nièvre

ZA Le Clos Ry

58000 Sermoise sur Loire

03 86 90 18 90

Fax : 03 86 90 18 91

gds58@reseaugds.com

GDS de Haute-Saône / Territoire de Belfort

17 quai Yves Barbier
BP 40297
70006 VESOUL Cedex
03 84 77 14 17
gds70@gdsfc.org

GDS de l'Yonne

8 rue du pavé Saint Siméon

CS 20046

89000 Auxerre

03 86 94 81 87

Fax : 03 86 94 81 88

gds89@gdsbfc.org

GDS de Saône et Loire

99, route des Grands Crus

71000 Loché

03 85 27 07 70

Fax : 03 85 27 07 77

gds71@reseaugds.com

GDS de Bourgogne - Franche-Comté

1 rue des Coulots
21110 BRETENIERE
gdsbfc@reseaugds.com

Ehrlichiose (Anaplasma phagocytophilum)


Etiologie

Agent pathogène et vecteur

L’ehrlichiose bovine est due à la bactérie Anaplasma phagocytophilum transmise par une tique. Elle n’est de ce fait, pas contagieuse directement entre les bovins.

Autrement appelée « fièvre des pâtures », elle est largement méconnue et sous diagnostiquée en France.

 

C’est une zoonose commune aux ruminants domestiques et sauvages, aux chiens, chevaux, et transmissible à l’Homme (cependant la souche affectant Homme et Bovin ne semble pas la même).

Les ruminants sauvages sont des espèces réservoirs.

 

Phase de développement de la maladie

Anaplasma phagocytophilum ne peut pas traverser les barrières cutanées ni les muqueuses. Ce passage est permis par la piqûre des tiques (Ixodes ricinus). Il faut un repas de sang d’au moins une journée pour que la tique puisse transmettre la bactérie à l’animal.

Par ailleurs, il faut que la tique ait fait un repas de sang sur un animal infecté pour être elle-même infectante. Il n’y a pas de transmission de tique à tique.

Il n’y a pas non plus de transmission d’animal infecté à animal sain, sans tique porteuse de la bactérie.

 

La période d’incubation est de 5 à 8 jours après morsure par une tique porteuse de la bactérie.

 

L’incidence de la maladie est liée aux périodes d’activité des tiques qui est maximale au printemps et à l’automne. Les troupeaux qui évoluent dans des biotopes favorables au développement des tiques sont plus susceptibles d’être affectés.

L'introduction de bovins non immunisés naturellement (achats, regroupements …) peut favoriser l'émergence de la maladie.

   

Expression de la maladie – Symptômes

L’ehrlichiose bovine présente des symptômes similaires à d’autres maladies. Seules des formes aiguës sont bien identifiables chez les bovins :

  • Chute brutale et durable de la production laitière. Cet arrêt de production est généralement le signe d’alerte le plus concret ;
  • Hyperthermie de 39,5 à 42 °C, avec forte perte d’appétit et diminution de l’activité physique ;
  • Les signes articulaires et d’œdème-empâtement des pâturons ne sont pas réguliers mais sont évocateurs de la maladie ;
  • Affections pulmonaires avec de la toux et des essoufflements concomitant avec un état grippal ;
  • Avortement ou troubles de la reproduction.

 

Une analyse par PCR permet de savoir si la bactérie infecte l’animal.

 L’œdème des paturons peut se manifester dans certains cas (Source : GDS 52)

L’œdème des paturons peut se manifester dans certains cas (Source : GDS 52)

Dispositif de lutte

Traitement

Un traitement antibiotique peut être prescrit. Consultez votre vétérinaire.

Prévention

La prévention reste le principal moyen de lutte pour les maladies à vecteurs :

  • Les parcelles suspectes peuvent être réservées aux génisses;
  • Il peut être conseillé de laisser les jeunes animaux se contaminer dans des « prairies à tiques » s’ils sont en bonne santé afin qu’ils s’immunisent naturellement (immunisation de prémunition) ou de les convertir à un autre usage agricole ;
  • La gestion raisonnée des talus et clôtures peut réduire l’infestation de tiques ;

 

Les insecticides en « pour on » ont une  efficacité mitigée et un effet défavorable sur l’acquisition d’une immunité de prémunition !

     

Le réservoir principal de l’ehrlichiose bovine est constitué par les cervidés sauvages.