Choix du département

Retour à Bourgogne - Franche-Comté

GDS de Côte-d'Or

1 rue des Coulots

21110 Bretenière

03 80 68 67 30

Fax: 03 80 68 67 44

 

gds21@reseaugds.com

GDS du Doubs

130 bis rue de Belfort
CS 40939
25021 BESANCON Cedex
03 81 65 52 07
gds25@reseaugds.com

GDS du Jura

Route de Lons
Crançot
39570 HAUTEROCHE
03 84 43 01 71
gds39@reseaugds.com

GDS de Nièvre

ZA Le Clos Ry

58000 Sermoise sur Loire

03 86 90 18 90

Fax : 03 86 90 18 91

gds58@reseaugds.com

GDS de Haute-Saône / Territoire de Belfort

17 quai Yves Barbier
BP 40297
70006 VESOUL Cedex
03 84 77 14 17
gds70@reseaugds.com

GDS de l'Yonne

8 rue du pavé Saint Siméon

CS 20046

89000 Auxerre

03 86 94 81 87

Fax : 03 86 94 81 88

gds89@reseaugds.com

GDS de Saône et Loire

99, route des Grands Crus

71000 Loché

03 85 27 07 70

gds71@reseaugds.com

GDS de Bourgogne - Franche-Comté

1 rue des Coulots
21110 BRETENIERE
gdsbfc@reseaugds.com

Maladie hémorragique épizootique (MHE)


Documents utiles

 

Les connaissances sur cette maladie récemment arrivée sur le territoire européen restent encore limitées et sont fondées sur l’expérience acquise des régions touchées.

Etiologie

La maladie hémorragique épizootique (MHE ou EHD pour « Epizootic haemorrhagic disease ») est une maladie virale vectorielle.

 

La MHE est une maladie non contagieuse. La transmission du virus EDH (ou EHDV) est exclusivement assurée par la piqûre infectante des moucherons piqueurs de type Culicoïdes (comme la FCO). Les infections sont donc saisonnières.

Il existe différents sérotypes. C’est le sérotype 8 qui circule en Europe.

 

La maladie hémorragique épizootique affecte les ruminants. Elle touche les cervidés mais aussi les bovins, sans gravité.

Les ovins, caprins et camélidés peuvent être réceptifs mais ne présentent pas de signes cliniques.

Ce virus n'affecte pas l'Homme.

Symptômes

Lorsque des symptômes s’expriment, ils sont proches de ceux engendrés par la FCO (fièvre, ulcérations du mufle, jetage, boiteries).

Pour les bovins, on peut constater une association de ces signes cliniques :

  • Fièvre, anorexie, abattement, amaigrissement
  • Boiterie, démarche raide
  • Congestion, ulcères des lèvres/dans la bouche, prolapsus lingual (langue qui pend comme un chien)
  • Conjonctive /Larmoiement/Yeux exorbités
  • OEdème péri-oculaire / Jetage nasal
  • Congestion, pétéchies, érosions/ulcères/croûtes sur le mufle
  • Ulcère dans la gueule
  • OEdème et/ou congestion des bourrelets coronaires associés à une boiterie
  • OEdème pâturons, boulet, canon, carpe/jarret
  • Trayons enflés et rouges/oedème /ulcères de la mamelle
  • Baisse de la production laitière

Plus de photos illustrant les symptômes : ICI  

L’impact sur la reproduction n’est pas encore bien défini. Mais des avortements et des naissances de veaux chétifs sont observés.

 

Les ovins et les caprins peuvent s’infecter, ils sont réceptifs à la maladie, mais il ne semble pas exprimer de signes cliniques et ne sont pas malades. Ils sont néanmoins concernés par les mesures sanitaires réglementaires.

Une étude est attendue chez les ovins pour s’assurer de l’absence de signes cliniques.

  

Diagnostic – dépistage

Seul un diagnostic en laboratoire (analyse PCR) permet de faire la distinction avec la FCO et confirmer une suspicion.

Les prélèvements se font sur tube EDTA ou organes, préférentiellement la rate.

L’incubation est de 6 à 8 jours et la séroconversion a lieu en général entre 7 et 15 jours chez les bovins.

 

La virémie dure généralement 30 jours chez les bovins. La PRC reste positive plus longtemps (persistance moyenne d’environ 180 jours sur RT-PCR). 

 

Dispositif de lutte

Il n’existe pas de moyen de lutte ou prévention. Aucun vaccin contre le sérotype 8 n’est disponible.

 

Il convient de limiter et sécuriser les mouvements de bovins, ovins et de caprins depuis une zone atteinte afin d’éviter une accélération de la propagation de la maladie et de désinsectiser les véhicules de transports qui traversent la zone.

  

GDS France propose une série de mesures de gestion en élevage touché par la maladie : ICI  

Classification réglementaire de la maladie

La maladie est catégorisée D et E par la réglementation communautaire qui impose une obligation de surveillance de la maladie pour les éleveurs et de notification des foyers.

Elle interdit l’envoi à des fins d’élevage ou d’engraissement vers d’autres Etats membres de tout ruminant provenant de ces zones réglementées/régulées définies par un rayon de 150 km autour d’un foyer et ce pendant deux ans, sauf accords bilatéraux.

C’est l’Etat qui définit le zonage  et assure la gestion de la MHE.

  

Situation épidémiologique

La MHE est connue de longue date en Amérique du Nord où elle affecte particulièrement le cerf de Virginie. Elle circule en Australie, en Asie, en Afrique du Nord et au Moyen Orient.

 

Le virus de la MHE a fait sa première apparition au sud de l’Espagne à l’automne 2022, probablement à la suite d’une dissémination par le vent depuis la Tunisie de culicoïdes infectés. Puis à compter de juin 2023, il a inexorablement progressé vers le nord jusqu’à être détecté pour la première fois en France, le 21 septembre 2023 dans le sud-ouest.

Pour connaître l’évolution de la situation épidémiologique en France, se reporter sur le fil des actualités.

La Suisse déclare un premier cas le 10 octobre 2023. A l'issue d'expertises ayant associées le laboratoire de santé animale de l'ANSES, les deux foyers déclarés sont infirmés le 23 octobre.

Des foyers ont également été déclarés en Italie (Sicile, Sardaigne) et au Portugal.

    

Conditions de mouvement

Réglementation des mouvements intra-nationaux français

Il n’y a pas de restriction de mouvement en zone indemne (ZI).

Il n’y a pas non plus de restriction à l’intérieur de la zone régulée (ZR).

 

En cas de transit par la zone régulée ou de déplacement d’animaux de la zone indemne vers la ZR, il faut assurer une désinsectisation efficace du moyen de transport avant sa sortie de la ZR, afin d’assurer un retour en zone indemne en toute sécurité.

 

Les bovins, ovins, caprins ou cervidés des établissements situés dans la zone régulée (ZR) peuvent sortir de cette zone, selon les conditions suivantes :

  • Retour d'estive ;
  • Sortie directement vers un abattoir avec abattage dans les 24 heures suivant l'arrivée ;
  • Animal âgé de moins de 70 jours : sortie autorisée vers un atelier d'engraissement en bâtiment fermé de la zone indemne si le troupeau d’origine ne présente pas de signe clinique, que les animaux et moyens de transport sont désinsectisés avant sortie de la ZR et que le bâtiment d’accueil en ZI est lui aussi désinsectisé avant l'arrivée des animaux. Les allotements avant destination vers l'engraisseur ne peuvent s'organiser qu'en ZR.
  • Sortie vers un élevage : désinsectisation de l’animal réalisée par l’éleveur, puis au moins 14 jours après, réalisation d’une prise de sang par le vétérinaire sanitaire en vue d’une analyse PCR qui devra être négative. Le mouvement doit intervenir au plus tard dans les 14 jours suivant le prélèvement.

Conditions de sortie de la zone régulée (sauf abattage sous 24 heures) :

 

Une attestation de désinsectisation et le résultat de l’analyse doivent accompagner l’animal.

Les moyens de transports également font l’objet d’une désinsectisation avant le départ des animaux de la zone régulée.

Réglementation des mouvements internationaux

La réglementation européenne interdit l’envoi, vers d’autres Etats membres de l’Union européenne à des fins d’élevage, de tout ruminant provenant des exploitations situées dans le rayon de 150 kilomètres autour de chaque foyer. L’envoi direct pour abattage dans un autre Etat membre demeure quant à lui possible.

Des accords sont possibles. Ils existent pour l’Espagne, l’Italie et la Grèce notamment.

 

Les restrictions éventuelles à l’export dépendent des exigences à l’import prévues par chaque pays tiers.

A l’exportation selon les modalités définies par les pays tiers importateurs.

 

Indemnisation des élevages foyers

L’Etat indemnise les foyers de MHE intervenus entre le 19 septembre et le 31 décembre 2023, autant sur les frais vétérinaires que sur la mortalité (animaux identifiés).

Du 1er janvier 2024 au 30 avril 2024, c’est le dispositif FMSE va prendre le relais. Les conditions d’éligibilité et d'indemnisation ne sont pas encore définies.