Choix du département

Retour à Bourgogne - Franche-Comté

GDS de Côte-d'Or

1 rue des Coulots

21110 Bretenière

03 80 68 67 30

Fax: 03 80 68 67 44

gds21@reseaugds.com

GDS du Doubs

130 bis rue de Belfort
BP 939
25021 BESANCON Cedex
03 81 65 52 07
gds25@gdsfc.org

GDS du Jura

Route de Lons
Crançot
39570 HAUTEROCHE
03 84 43 01 71
gds39@gdsfc.org

GDS de Nièvre

ZA Le Clos Ry

58000 Sermoise sur Loire

03 86 90 18 90

Fax : 03 86 90 18 91

gds58@reseaugds.com

GDS de Haute-Saône / Territoire de Belfort

17 quai Yves Barbier
BP 40297
70006 VESOUL Cedex
03 84 77 14 17
gds70@gdsfc.org

GDS de l'Yonne

10, Avenue du 4ème RI

BP 46

89011 Auxerre Cedex

03 86 94 81 87

Fax : 03 86 94 81 88

gds89@reseaugds.com

GDS de Saône et Loire

99, route des Grands Crus

71000 Loché

03 85 27 07 70

Fax : 03 85 27 07 77

gds71@reseaugds.com

GDS de Bourgogne - Franche-Comté

1 rue des Coulots
21110 BRETENIERE
gdsbfc@reseaugds.com

Nécrose hématopoïétique infectieuse (NHI)


La nécrose hématopoïétique infectieuse (NHI) est causée par le virus de la nécrose hématopoïétique infectieuse (VNHI). C’est une maladie virale hautement infectieuse touchant plusieurs espèces de salmonidés.

Espèces sensibles

Parmi chaque espèce de poissons, il y a un degré élevé de variation de sensibilité à la NHI. L’âge des poissons est extrêmement important : plus les poissons sont jeunes, plus ils sont prédisposés à la maladie.

 

Les conséquences cliniques et économiques principales de la NHI se produisent dans les fermes aquacoles produisant de la truite arc-en-ciel où les manifestations aiguës peuvent aboutir à une mortalité très élevée.

Le frai et les juvéniles de moins de 6 mois sont les plus sensibles à la NHI.

Les saumons atlantique, keta, argenté, japonais, sockeye, chinook peuvent être aussi sévèrement touchés.

Infection et transmission

L’infection est transmise horizontalement par l’eau, et les sécrétions et contacts directs avec des poissons malades. Le virus de la NHI peut conserver son pouvoir infectant pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois dans les sédiments.

Les géniteurs de salmonidés porteurs inapparents sont le principal réservoir de la NHI.

La transmission par la surface des œufs issus de géniteurs contaminés est favorisée lorsque la désinfection de surface des œufs est imparfaite.

Symptômes

La maladie est en général caractérisée par une augmentation brutale de la mortalité en l’absence de lésions décelables.

Les poissons malades présentent des signes cliniques :

  • léthargie avec des accès d’hyperactivité,
  • mélanose,
  • branchies anémiées,
  • ascite,
  • abdomen dilaté,
  • exophthalmie,
  • pétéchies internes et externes.


Comme pour le virus de la septicémie hémorragique virale, le bon état de santé global des poissons semble diminuer la sensibilité manifeste à la NHI. Les poissons deviennent de plus en plus résistants à l’infection et devenir porteurs asymptomatiques.

Prévention de la maladie

Historiquement, l’éventail géographique de la NHI était limité à la partie occidentale de l’Amérique du Nord, mais la maladie s’est étendue en Europe continentale et en Extrême-Orient via l’importation de poissons et d’oeufs infectés.

 

L’approvisionnement en eau doit être indemne de virus.

Le statut sanitaire des poissons doit être maîtrisé notamment lors de leur introduction à la fois dans la pisciculture ou dans le bassin versant de la pisciculture et en particulier lors de l’introduction d’oeufs.

  

Les fermes aquacoles ou des zones aquacoles peuvent obtenir le statut « indemne de la maladie » après la mise en œuvre d’un programme de qualification et sous réserve du respect des mesures strictes et spécifiques de la qualification.